iPhone 5 : Free mobile dévoile ses tarifs [MAJ]

free iphone 5 iPhone 5 : Free mobile dévoile ses tarifs [MAJ]

L’opérateur  dévoile enfin ses  pour l’iPhone 5. Vous étiez nombreux à attendre les prix proposés par Free mobile, c’est sans surprise que l’opérateur virtuel affiche des tarifs pleins pots pour l’iphone 5. Il vous faudra donc débourser 162 € à la commande pour un iPhone 5 16 Go puis 159 € sur 3 mois pour payer en plusieurs fois.

Tarifs

  • iPhone 5 16 Go : 639,00 €
  • iPhone 5 32 Go : 739,00 €
  • iPhone 5 64 Go : 839,00 €
Soit 40 à 60 € de moins par rapport à l’ Store.

Mise à jour

commandesim iPhone 5 : Free mobile dévoile ses tarifs [MAJ]

Il est désormais possible de commander une Nano-SIM directement sur le site web de Free, dans l’espace abonnés !

Précommandez votre iPhone 5 chez Free mobile

Que pensez-vous des tarifs de Free mobile ?

Un MacBook Air à $799 au troisième trimestre 2012 ?

Pour contrer l’offensive de Intel sur le secteur des Ultrabooks, Apple s’apprêterait à diminuer le prix de son Macbook Air d’après Digitimes. Actuellement disponible à partir de 949 euros, il pourrait passer à 799 dollars (donc à priori 799€), au moment même où les processeurs double coeur Ivy Bridge de la firme de Paul Otellini sortiront.

A la fois légers et puissants les ultrabooks devraient séduire de plus en plus de consommateurs. Pour l’instant les prix affichés sont encore relativement élevés mais les fabricants – et notamment Acer – annoncent que sous peu le prix moyen de ce type d’ordinateur sera de 699$, voire 599$ (grâce à l’utilisation de matériaux de moins bonne qualité). Autant dire que la concurrence sera rude.

Intel a d’ailleurs investi plus de 300 millions de dollars dans le secteur des Ultrabooks et 100 millions de dollars pour développer son propre magasin d’applications. Du coup Apple doit réagir. Même s’il est difficile d’imaginer que la firme à la Pomme applique une baisse de prix de près de 150 dollars sur l’un de ses produits, cette hypothèse n’est pas complètement absurde, puisqu’avec l’arrivée des processeurs double coeur Ivy Bridge d’Intel et de Windows 8, Cupertino doit penser à une riposte.

Alors pourquoi pas un Macbook Air à 799 dollars avant la fin de l’année

[Digitimes]

PS Vita : la dernière des portables ?

Un an après la 3DS de Nintendo, Sony lance aujourd’hui sa console portable nouvelle génération, la PS VITA. Un bijou technologique qui offre une expérience inédite au creux de la main mais qui arrive sur un marché mobile dominé par les smartphones et les tablettes. Analyse.

Un an après la 3DS de Nintendo, Sony lance aujourd’hui sa console portable nouvelle génération, la PS VITA. Un bijou technologique qui offre une expérience inédite au creux de la main mais qui arrive sur un marché mobile dominé par les smartphones et les tablettes. Analyse.

PS VITA : la dernière des portables ?
La Rolls des consoles portables
C’est une expérience de jeu unique en son genre. Dans les mains, très légère, la PS VITA ressemble à première vue à sa grande soeur, la PSP. Et puis à l’allumage, le doute n’est plus possible, voilà la Rolls des consoles portables. L’écran tout d’abord, grand, (5 pouces) très lumineux et au piqué incomparable grâce à la technologie OLED utilisée pour la première fois dans une console portable. Un écran tactile, évidemment. Ce qui est plus surprenant, c’est son dos qui lui aussi est une surface tactile qu’on pourra utiliser dans des jeux pour grimper à la corde, ou envoyer le ballon dans les cages lors d’un tir au but. Deux caméras, une à l’avant, une à l’arrière permettront notamment des jeux en réalité augmentée, tout comme le GPS ou les différents détecteurs de mouvements. Les célébrissimes 4 boutons PlsyStation et deux joysticks analogiques complètent la face avant, une configuration en accord avec les attentes des gamers les plus exigeants. La performance technologique est indéniable, on a dans les mains la même expérience de jeu que sur une PlayStation 3 branchée sur sa télé haute définition. Le salon dans la poche, à tout moment, à condition toutefois de ne pas dépasser les 4 heures de jeu d’affilées sans quoi il vous faudra trouver la prise de courant la plus proche. Une addition saléeC’est un bijou technologique, vendu comme tel. Comme la PlayStation 3 à sa sortie, la PS VITA est ce qui se fait de mieux. Mais comme la PlayStation 3 en 2007, elle est extraordinnairement chère par rapport au marché et aux attentes de la grande majorité des consommateurs, surtout en période de crise. 250 euros la version WIFI, 50 euros de plus si vous craquez pour une version 3G. A cela il faut encore ajouter une carte mémoire, obligatoire si vous souhaitez télécharger de nouveaux jeux… une carte fabriquée par Sony et qui coute par exemple 50 euros pour la version 16 Go, la carte SD standard que vous utilisez dans votre appareil photo ou votre ordinateur coute elle 15 euros…. sans compter un jeu, sur carte mémoire ou à télécharger, vendu entre 30 et 40 euros… l’addition dépasse bien les 300 euros. La PS VITA, porte en elle toute l’essence de Sony dans le jeu vidéo : une expérience haut-de-gamme qui se paye au prix fort. Ce qui pose une question essentielle : est-ce un positionnement encore tenable dans un marché mobile aujourd’hui complètement dominé par les smartphones et les tablettes, qu’elles soit d’Apple ou sous Android, la concurrence frontale est là. De son coté, boostée par une baisse de prix et des titres phares comme Mario Kart 7 ou Monster Hunter au Japon, Nintendo vient de dépasser les 16 millions de 3DS vendues dans le monde, seule console à proposer de la 3D sans lunettes à un prix de 150 euros. Que fait donc la PS VITA que ne fait pas votre téléphone et qui mérite un investissement de 300 euros ? Grâce à ses processeurs dédiés uniquement au traitement des jeux vidéo, la PS VITA est techniquement au dessus de n’importe quel téléphone sur le marché. Aujourd’hui, il n’y a que sur VITA qu’on peut suivre Nathan Drake, l’Indiana Jones de la série Uncharted, avec la même qualité qu’une console de salon haute définition. Mais jusqu’à quand ? Les smartphones évoluent vite, très vite. La puissance ne suffit pas car la VITA, elle, est figée dans le temps. Car si on y regarde de près, les caméras, le GPS, les détecteurs de mouvements, la réalité augmentée, l’écran tactile, tout cela est déjà dans votre smartphone, à l’exception notable du dos tactile qui devra justifier son utilité de gameplay au délà des démonstrations techniques des premiers jeux. Reste le seul vrai discriminant qu’on aurait tort de survoler, les boutons et les sticks de contrôle. On aura beau dire ce qu’on veut, une machine sans boutons n’est pas pensée pour être une machine de jeu. On peut certes faire de très belles expériences de jeu avec le tactile pour seul commande, on ne peut pas proposer des aventures nécessitant un contrôle précis et subtil. Le plus gros avantage de la PS VITA sur toute la concurrence est sans doute le moins technologique : ses deux sticks analogiques, marque d’une machine exclusivement dédiée aux jeux les plus complexes. Car depuis l’apparition du premier pixel sur un écran, c’est toujours la qualité des jeux qui ont décidé du destin d’une machine. Et Sony vise clairement dans le haut niveau.

Suivez nous sur Twitter : @ScariphoneTweet